« 89-13552 | | 295.5.21 »

PH1988-1835-1580

Portrait en buste de la Marquise de Pompadour et Madame de Maintenon dont les plongeants décolletés fûrent cachés ultérieurement au crayon. / Head and shoulders portraits of Marquise de Pompadour and Madame de Maintenon; their plunging necklines was later hidden with pencilling.

Jeanne-Antoinette Poisson, Marquise de Pompadour et Françoise D'Aubigné, Marquise de Maintenon, 1871 et 1870

Livernois et Bienvenu, photographe
Musée de la civilisation, fonds d'archives du Séminaire de Québec, PH1988-1835 et PH1988-1580

Le luxe et la nudité

« La circonstance qui rend le luxe des habits des filles et femmes infiniment pernicieux est l'indécence et l'immodestie scandaleuse des habits mêmes, qui paraît dans les nudités d'épaules et de gorges qu'elles font voir à découvert, ou qu'elles se contentent de couvrir de toiles transparentes, ce qui est absolument défendu, et ne doit jamais être toléré, comme étant la cause de la perte d'une infinité d'âmes, suivant cette parole du Saint-Esprit en l'Écriture Sainte, qui nous avertit de détourner nos yeux d'une femme indécemment parée, parce que plusieurs ont péri charmés par son extérieur vain et pompeux.

Tous ces dérèglements prennent leur naissance dès le bas âge où l'on voit des petites filles, même celles qui sont de basse extraction, parées et ajustées comme des poupées et que l'on fait paraître avec les épaules et la gorge nues, ce qu'elles continuent quand elles sont plus grandes et même mariées. Et voilà ce qui perpétue dans le pays, au grand scandale de ce nouveau christianisme, le luxe et un grand nombre de péchés qui en sont les suites comme inséparables. »

Têtu, H. et C.O. Gagnon, éd. Mandements, lettres pastorales et circulaires des Évêques de Québec, Québec, Imprimerie Générale A. Côté, 1887.